Vai al contenuto principale Vai alla ricerca

L'Eglise de Saint-Léger

L'Église de Saint-Léger, avec sa belle façade entièrement peinte à fresques, tout en n'étant pas l'église paroissiale, est la structure que l'on remarque le plus en parcourant la route nationale en direction de Cogne.

L'Abbé Henry, religieux et historien, fait remonter ses origines à la première installation des Bénédictins en Vallée d'Aoste1 et l'insère parmi les 43 paroisses existantes au XIXe siècle2.

Elle apparaît pour la première fois dans la documentation dans une bulle du pape Eugène III du 5 avril 1145, parmi les dépendances de la prévôté de Saint-Gilles de Verrès. En 1424, elle est cédée à l'évêque d'Aoste en échange d'autres biens. L'édifice actuel a été construit en 1760-1762 et consacré par Mgr Pierre-François de Sales le 25 mai 1765.

Elle est constituée d'une nef unique avec des voûtes d'arêtes ornées d'une lumineuse et riche décoration picturale exécutée dans les années 1856-1857 par le peintre Grange de même que la façade caractéristique en trompe-l'œil, (au centre le martyre de saint Leodegario ou Léger, aux côtés les saints Joseph, Germain, Grat et Léonard).

Le maître-autel a été réalisé en 1856 par le sculpteur Freydoz de Brusson, en remplacement du précédent, qui devait monter jusqu'à la voûte. L'orgue a été construit en 1848 par G. N. Cesa. En amont et détaché de l'église se trouve le clocher, une belle tour carrée en pierres apparentes, qui s'élève solide et élégante, avec sa flèche en  forme de pyramide octogonale.

En l'absence de données historiques, son origine, remontant à la Renaissance tardive, XVe-XVIe siècle, est déduite des caractéristiques de la construction de sa maçonnerie de base réalisée avec des pierres apparentes sélectionnées, reliées par des joints de mortier marqués par le fer.

Dans le clocher se trouve la plus ancienne cloche datée de la Vallée d'Aoste: elle a été fondue en 1372 et dédiée à la Vierge Marie, elle porte l'inscription Avé Maria gratia plena, Dominus tecum. A.D. MCCCLXXII.

L'Église est ouverte au public tous les dimanches pendant les mois d'été grâce à l'engagement d'un groupe de volontaires qui se rendent disponibles pour faire des visites guidées.

Signalons aussi que la structure de Saint-Léger offre une excellente acoustique permettant de suivre les concerts qui y sont périodiquement organisés. N'hésitez pas aussi à contacter le Curé au cas où vous souhaiteriez en organiser un.

(1) Abbé Henry - Histoire de la Vallée d'Aoste

  • chap 41 Apparition des Bénédictins en VDA: l'église de Saint Léger - Aymavilles / Le prieuré de Sainte-Hélène à Sarre

(2) Abbé Henry - Histoire de la Vallée d'Aoste

  • chap 43 Paroisses existantes vers l'an 800

La crypte

En ce moment, la crypte n'est malheureusement pas ouverte au public.

La crypte de Saint Léger

L'intérêt et le charme de l'église Saint-Léger sont accrus par la présence d'une crypte à deux nefs, séparées par des piliers en pierre qui soutiennent les voûtes à l'aide d'arcs en plein cintre; l'abside est semi-circulaire ; l'axe du presbytère est légèrement incliné à droite, position qui traduit l'inclinaison de la tête de Christ au moment de sa mort sur la croix: et inclinato capite emisit entendus spiritum.

Il s'agit d'une des cryptes les plus anciennes connues en Vallée d'Aoste ; dans sa partie d'origine, elle remonte au VIIIe siècle et, selon des recherches récentes, on peut penser à une datation encore plus ancienne. Successivement agrandie, elle devait présenter trois nefs ; une aurait été détruite ou englobée dans le mur septentrional de l'église actuelle. La tradition populaire la relie à l'existence à Aymavilles d'une ancienne communauté de moines bénédictins représentés de manière admirable dans l'expression les mains à la terre, l'œil aux livres, le cœur au ciel non documentée par les sources historiques.

La vie de Saint Léger

Saint-Léger, est issu d'une position sociale en ce temps-là assez favorisée.

Il naquit, en effet, dans une famille aristocratique, apparentée à des ducs, des évêques et des souverains, famille qui a pourvue à lui fournir aussi, resté orphelin jeune, une éducation spirituelle, littéraire et scientifique soignée.

Son talent et son honnêteté reconnue lui permettent d'obtenir très vite des charges importantes: à 20 ans, il devient diacre, puis archidiacre, puis "abbé", et finalement évêque.

L'Europe de ces années-là est en train de traverser une période de crises et d'incertitudes à la recherche d'une stabilisation politique et sociale après la chute de l'empire romain et les grandes invasions barbares. Dans la grande confusion de ces siècles-là, l'Église reste non seulement le point de référence spirituelle, mais à travers ses hommes et ses institutions (ex. les abbayes), joue un rôle social et économique.

Saint Léger est un homme qui vit intensément son époque ; il se démontre être un administrateur adroit qui sait surmonter les moments difficiles en utilisant l'art de la diplomatie, unie à la fermeté de ses principes.

Il est appelé à faire partie du Conseil de Régence du Royaume Burgonde à un moment où les souverains étaient particulièrement faibles, (parfois encore enfants), et devient pendant quelque temps aussi ‘Maître de Palais" (chef du gouvernement). Dans cette circonstance, il se distingue pour son âme fière, convaincu de la justice et du droit, déterminé à poursuivre des idéaux de moralisation de la vie publique et politique. Ce comportement lui attire la haine de son "collègue", Ébroïn qui le persécute tous azimuts.

Comme Évêque d'Autun, saint Léger soutient la lutte de ses concitoyens et n'hésite pas s'offrir lui-même à l'ennemi pour les sauver d'une vengeance certaine. Nous sommes en 676, ses ennemis lui arrachent les yeux, la langue, les lèvres, mais saint Léger survit, il réussit même de façon surprenante à prêcher de nouveau, attirant une foule de fidèles. Ébroïn reprend sa persécution et, deux ans plus tard,  réussit à l'occire.

Le peuple le vénère comme martyr, en invoque l'intervention, en reconnaît les miracles au point que le Roi se sent le devoir  de convoquer un synode pour évaluer la situation et, ainsi, en autorise donc le culte, tandis que ses dépouilles sont portées à Poitiers dans le monastère de Saint-Maixent dont il avait été abbé.

Son culte se répand dans toute la France, en Belgique, Allemagne et Suisse. Chez nous, sa réputation arrive probablement à travers les moines bénédictins qui lui avaient déjà dédié plusieurs monastères.

Saint Léger a été un homme de son temps, mais aussi un vrai "saint", un chrétien qui, en l'occurrence, a su rester dans le monde, en devenant sel et levain, en s'engageant totalement pour ses ouailles.

En France une association a été créée, "Les Saint Léger de France et d'ailleurs", pour mieux connaître le personnage et regrouper tous les lieux qui portent son nom.

Les Saint Léger de France et d'Ailleurs

Après de nombreux contacts avec toutes les communes portant le nom de Saint Léger, en France a été créé l'Association « Les Saint Léger de France et d'Ailleurs » (70 en France, 2 en Belgique et 1 en Suisse).

Après avoir organisé à Saint Léger Sous Cholet, d'où l'idée était partie, un premier rassemblement des Communes et des Paroisses intéressées, tous les deux ans à la Pentecôte, un autre rassemblement est organisé dans une de ces communes avec retrouvailles, messe, festivités, découvertes touristiques, repas en commun, etc.

Lorsque on a créé cette association, on a décidé en même temps de s'intéresser au personnage « Saint Léger » afin de mieux connaître, et faire connaître qui se cachait sous ce nom. On a formé un groupe de recherche qui a enfin écrit un petit livre avec les renseignements recueillis. Saint Léger est donc apparu comme un personnage attachant, avec une histoire peu commune, dont on pourrait citer l'action en exemple.

L'association qui cherche à découvrir toujours de nouveaux Saint Léger nous a contactés et invités à donner notre adhésion.

Nous avons jugé très sympa l'idée de participer pour voir de nouveaux  pays et surtout de nouveaux amis, mais aussi pour maintenir et valoriser le nom de saint Léger très peu connu dans notre région, néanmoins très aimé dans notre pays.

Pour inviter à se connaître, l'Association a préparé un petit ‘passeport' à faire tamponner à la mairie, ou chez les commerçants de tous les Saint Léger qu'on va visiter. Une fois complétée, la carte devra être retournée à la mairie de Saint Léger sous Cholet et elle vaudra une surprise.

L'Association a aussi créé un site internet où l'on trouve des nouvelles sur les Saint Léger (où bientôt on parlera aussi de Saint Léger d'Aymavilles !), des renseignements sur les rassemblements, etc. A ce propos on nous a demandé le Calendrier des Fêtes locales pour les insérer dans le site; elles pourront inviter d'autres Saint Léger à nous rendre visite.

En effet dans le dernier courrier de l'Association dans les « Infos diverses » on annonce : « Il a été découvert une paroisse Saint Léger à Aymavilles (Aoste) en Italie ! Une délégation du village doit se rendre au 4° rassemblement. Nous serons ravis de les accueillir ».

L'Association des Saint Légers a présenté une page sur Aymavilles dans le « Fourre-tout n. 7 ». Elle est assez riche, vous la trouverez dans le site internet à l'adresse qui suit.

On transmet à tout le monde les souhaits du Secrétaire de l'Association: « que notre grande famille des Saint Léger reste unie pendant très longtemps ».

Pour contacter l'Association :
Association des St Léger de France et d'Ailleurs
Mairie Le Landreau
49 280 St Léger sous Cholet
Tél. +33 02 41562323
fax +33 02 41562661
E-mail saintleger@wanadoo.fr

Torna su